Garden Lab #2 – approches artistiques 1/2

Le paysage peut être vu et représenté de manières multiples et j’aimerais vous montrer deux superbes exemples faits par trois artistes, Amélie Blachot, Julien Bellenoue et Nicolas Gimbert et en lien avec Garden Lab #1

Dans cette deuxième étape de Garden Lab, il sera question de rendre visible et de révéler le paysage par des formes graphiques et plastiques qui sont habituellement cachées, parfois contraintes par des éléments inhérents à l’architecture ou à l’urbanisme.

Cet article est la première partie et parle des dessins numériques et installations de Julien Bellenoue et Nicolas Gimbert. Ils ont collaboré sur plusieurs projets, notamment Garden Lab#1 et Jardin à tous les étages faisant partie de l’actuelle Garden Lab#2.

GARDEN LAB #2 – ARTISTIC APPROCHES 1/2

The landscape can be seen and represented in many ways and I would like to show you two superb examples made by three artists,  Amélie BlachotJulien Bellenoue and Nicolas Gimbert and related to an earlier article on this blog, Garden Lab #1

In this second edition of Garden Lab, the landscape will be made visible and revealed with other artistic forms that are usually hidden or sometimes restricted by inherited elements in architecture or urban planning.

This article is the first of two parts and tells about the drawings and installations made by Julien Bellenoue and Nicolas Gimbert. They have collaborated on several projects, including GardenLab #1 and Jardin à tous les étages (Gardens on every level) as part of the current Garden Lab #2.

 

titelfoto

Courbes de niveaux d’Amélie Blachot et dessins numériques de Bellenoue et Gimbert

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les oeuvres des trois artistes

 

Faire d’une ligne un chemin, c’est aussi reconsidérer les bords et amorcer des continuités de rebonds en rebonds dans la succession des espaces ouverts :

L’idée de départ consiste à révéler un réseau d’espaces ouverts de multiples natures : parcs, jardins, squares, éléments boisés, friches jardinées, etc., depuis le futur jardin de la rue Gustave Goublier située dans le 10e arrondissement de Paris, jusqu’à la rue Gibault à Saint-Denis afin de révéler des continuités paysagères de la frange Nord du territoire Parisien. La cartographie repère les deux rues ainsi qu’une première synthèse des éléments de paysage, vecteurs de continuités, depuis Paris-Centre jusqu’à la périphérie ou inversement : la mise en réseau de parcs, d’éléments boisés, de friches, d’espaces ouverts ainsi que deux éléments incontournables que sont le canal Saint-Martin qui devient canal de Saint-Denis plus au Nord [une ligne géographique] et le Cardo, figure historique et genèse de Paris, depuis la basilique Saint-Denis jusqu’au quartier du Marais et qui se prolonge plus encore vers le Sud [une ligne historique] : deux vecteurs à la fois réels et imaginaires vers des paysages lointains.

Ces deux lignes, en plus de révéler une succession d’espaces de respiration dans la ville, croisent transversalement différents horizons et territoires qu’il s’agit aussi de révéler.

Ces différents lieux traversés font offices de jalons, succession de points et de lignes dans le tissu urbain dense et amorcent une « chasse aux trésors » version jardin à travers le prisme de la végétation environnante existante à révéler ou à créer dont les poches de plantation présentées durant l’exposition constituent une première trace et lecture de ce revelé, suivant le protocole du transect.

STD_HCE_cartes IAU 50 000e copie

Les deux lignes

 

Making a line into a path is also to reconsider the edges and the continuity and rebounding in a succession of open spaces :

The initial idea is to reveal a network of multiple types of open spaces: parks, gardens, squares, wooded elements and gardened wasteland, etc., from the future garden of Rue Gustave Goublier in the 10th arrondissement of Paris to Rue Gibault in Saint-Denis. The intent is to reveal the continuities in the landscape of the Northern fringe of the Parisian territory.

The map above identifies two streets and a first synthesis of landscape elements; carriers of continuities from the center of Paris to the periphery or vice versa: the network development of parks, wooded elements, wasteland, open spaces as well as two essential elements, the Saint-Martin canal and Cardo. The canal Saint-Martin becomes the canal Saint-Denis in the northernmost part [a geographical line] and Cardo is a historical figure and the genesis of Paris. From the Saint-Denis Basilica to the Marais district and extending even further south [a historical line]. Two lines, both real and imaginary, leading towards distant landscapes.

These two lines, in addition to revealing a succession of breathing space in the city, also intersect transversely with different backgrounds and territories, which should be revealed.

These different places play the role of milestones in a succession of points and lines in the dense urban fabric. They initiate a “treasure hunt” in a garden version released through the prism of the existing surrounding vegetation, ready to be revealed or created. The planting pockets, presented during the exhibition, are a first trace and a first reading, following the transect protocol.

 

photo_1

Herbarium Vivum, poches d’eau avec plantes constituant un biotope, faisant partie de l’exposition Garden Lab #1

 

HerbariumVivum

Détail de l’oeuvre Herbarium Vivum

 

Les dessins numériques de Julien Bellenoue et Nicolas Gimbert pour Garden Lab #2, réalisés à partir de photos de décomposition d’un compost, sont retravaillés numériquement par désaturations successives, avec en fond sonore la diffusion d’une ambiance de forêt. Ces dessins nous renvoient directement à la finitude du jardin mais fige aussi l’aboutissement d’un processus de transformation de la matière en mouvement.

 

03

Dessin numérique de l’oeuvre Jardin à tous les étages, Garden Lab #2

The digital drawings by Julien Bellenoue and Nicolas Gimbert for Garden Lab #2 are made from decomposing compost photos and are digitally reworked by successive desaturation. Recordings of forest sounds, reinforces the feeling of being in a forest environment. The drawings refer directly to the finiteness of the garden, but also freezes the culmination of a transformation process of matter in motion.

 

Ok

Substrat 01, dessin numérique de l’oeuvre Jardin à tous les étages. Format AO

 

04

Substrat 02, dessin numérique de l’oeuvre Jardin à tous les étages. Format AO

 

01

Substrat 03, dessin numérique de l’oeuvre Jardin à tous les étages. Format AO

Biographies

Julien Bellenoue est paysagiste DPLG diplômé de l’école du paysage de Versailles et artiste. Il travaille pour l’agence TNplus qui s’attache à mener de front des projets d’échelles variées, de problématiques diverses et de localisations multiples, dans les domaines de l’urbanisme et de la maîtrise d’œuvre. Il est en charge plus particulièrement de l’amplification du parc de la Cité Universitaire de Paris. Il travaille aussi en collaboration sur différents projets d’aménagements paysagers et artistiques avec Nicolas Gimbert.

http://www.tnplus.fr/equipe/julien-bellenoue/

 Nicolas Gimbert est artiste plasticien diplômé de la Villa Arson, son travail pluridisciplinaire oscille entre sound studieset questionnement sur l’identité et l’écosophie. Le collectif prend une part importante dans sa démarche artistique où il développe des recherches sur l’activisme et la politique, en art contemporain.

http://nicolasgimbert.tumblr.com/

Biographies

Julien Bellenoue is landscape architect DPLG from the school of landscape architecture in Versailles and artist. He works for the agency TNplus working on projects of various scale, various problems and multiple locations in the areas of planning and project management. He is in particular responsible for the amplification of the park at the Cité Universitaire in Paris. He is also working on various projects combining landscape architecture and artistic interventions with Nicolas Gimbert.

Nicolas Gimbert is visual artist graduated from the Villa Arson. His multidisciplinary work oscillates between sound studies and questioning identity and ecosophy. The public is an important part of his artistic approach, where he conducts research on activism and politics in contemporary art.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

The artists / Les artistes, g. à d. Julien Bellenoue, Amélie Blachot & Nicolas Gimbert

Un grand merci à Amélie BlachotJulien Bellenoue et Nicolas Gimbert pour leur collaboration pour réaliser cet article.

Toutes les photos et illustrations ne peuvent être reproduites sans la permission explicite des artistes. Toutes images ©Julien Bellenoue et Nicolas Gimbert ADAGP, Paris 2016 et ©Amélie Blachot, Versailles 2016. No photo or illustration can be reproduced or published without the explicit permission of the artists.

 

 

 

 

 

Advertisements

Garden Lab #2 – approches artistiques 2/2

Le paysage peut être vu et représenté de manières multiples et j’aimerais vous montrer deux superbes exemples faits par trois artistes, Amélie BlachotJulien Bellenoue et Nicolas Gimbert  et en lien avec Garden Lab #1

Dans cette deuxième étape de Garden Lab, il sera question de rendre visible et de révéler le paysage par des formes graphiques et plastiques qui sont habituellement cachées, parfois contraintes par des éléments inhérents à l’architecture ou à l’urbanisme.

Cet article est la deuxième partie et parle des dessins et installations d’Amélie Blachot.

GARDEN LAB #2 – ARTISTIC APPROCHES 2/2

The landscape can be seen and represented in many ways and I would like to show you two superb examples made by three artists, Amélie BlachotJulien Bellenoue and Nicolas Gimbert and related to an earlier article on this blog, Garden Lab #1

In this second edition of Garden Lab, the landscape will be made visible and revealed with other artistic forms that are usually hidden or sometimes restricted by inherited elements in architecture or urban planning.

This article is the second of two parts and tells about the drawings and installations made by Amélie Blachot.

titelfoto

Courbes de niveaux d’Amélie Blachot et dessins numériques de Bellenoue et Gimbert

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les oeuvres des trois artistes

En s’emparant des outils d’études qui permettent de lire et comprendre le reliefAmélie Blachot présente une série de 49 dessins de courbes de niveaux. Ces indices sur la nature des lieux qu’elle décrypte composent alors des formes graphiques multiples cernés de traits noirs, où la division et la marge blanche entourant chaque dessin les transforment en véritables objets de tous territoires.

Dans sa série de platanes de Versailles, il est signifié la singularité de chaque arbre, de chaque branche (dans ses moindres détails), au profit de la répétition de la forme même d’une essence.

Pour Amélie Blachotle dessin est un médium essentiel qu’elle utilise comme repère ou constante dans chacune de ses études de territoire ; le dessin lui permettant de comprendre un lieu pour ensuite le représenter sous d’autres formes, en volumes et installations. Par exemple, le travail long et minutieux sur les courbes de niveaux lui permet de comprendre les détails du relief, de rentrer en immersion dans le territoire pour en ressortir avec une compréhension globale du site et avec des idées pour le représenter.

“Je ne dessine pas pour dessiner. Je dessine à “mes manières”, parce que j’ai quelque chose à exprimer, à comprendre moi-même avant de le donner à voir.” Dans les Carnets du Paysage n° 24, édition spéciale sur du dessin. Edition Actes Sud, Arles, mai 2013.

Ses oeuvres récentes comptent entre autres quatre peintures de platanes situés autour de la Pièce d’eau des Suisses à Versailles. Ces derniers sont extraits d’une étude globale qu’elle fait sur la ville et le territoire de Versailles dans le cadre de sa résidence à La Villa Le Nôtre à Versailles.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

4 Platanus x acerifolia, Pièce d’eau des Suisses, Versailles. 1 dessin 150 x 90 cm

Amélie Blachot uses different study tools to read and understand the relief and she presents a series of 49 contour drawings. Multiple graphic forms ringed with black lines decrypt and give hints to the nature of the sites and the white margin surrounding each drawing make them objects of every territory.

In her series of plane trees in Versailles every singularity of each tree and each branch can be seen in great detail. The essence of each drawing is underlined by the repetitive technique.

To Amélie Blachot drawing is an essential medium in her work that she uses as a reference or a constant in each of her studies of the territory. Drawing allows her to understand a site and represent it in other ways, with voluminosity or installations. For instance the long and detailed work on drawing contour lines, allows her to understand the details of the relief and immerse herself into the territory. This gives her a global understanding of the site and enables her to come up with new ideas to represent it.

“I do not draw to draw. I draw in “my way”, because I have something to express, something to understand myself, before showing it to others.”From les Carnets du Paysage n° 24, special edition on drawing. Edition Actes Sud, Arles, May 2013.

Her recent works include four studies of plane trees situated around the Pièce d’eau des Suisses in Versailles. This work is related to her residence at Villa Le Nôtre in Versailles. The studies are an extract of a general study she is completing on the city and territory of Versailles. The study is part of her residence at La Villa Le Nôtre in Versailles.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Altitudes 580-2150, série de 49 carrés de courbes de niveaux. 1 carré 20,7 x 20,7 cm

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Détail de l’oeuvre Altitudes 580-2150

Biographie

Amélie Blachot est paysagiste DPLG diplômée de l’Ecole du Paysage de Versailles et artiste. Elle développe un champ nouveau où les arts plastiques sont employés pour révéler les fondamentaux de paysage, naturels et anthropiques, d’un lieu.

Par sa représentation différente des villes et territoires, elle offre une nouvelle manière de regarder le paysage, permettant ainsi de révéler sa beauté et d’ouvrir au questionnement quant à sa transformation.

Amélie Blachot s’essaie actuellement, dans le cadre de sa résidence à La Villa Le Nôtre, Versailles, à représenter les éléments de paysage propres à la ville et au territoire de Versailles. Ce travail fera l’objet d’une exposition en septembre 2016.

Vous pouvez retrouver une présentation de son approche artistique et sensible du paysage via des articles sur les sites suivants :

Le Moniteur :

http://www.lemoniteur.fr/article/villa-le-notre-4-5-amelie-blachot-revele-l-inconscient-des-territoires-30941669

Caue Isère :

http://www.caue-isere.org/article/les-paysages-du-sud-isere-reveles-par-le-talent-dune-jeune-artiste-paysagiste-amelie-blachot-les-monts-bleus/

Biography

Amélie Blachot is landscape architect DPLG from the school of landscape architecture in Versailles and artist. She develops a new field within landscape architecture, where visual arts are used to reveal the fundamentals of a site in terms of landscape, nature and humans.

With her different representation of cities and territories, she offers a new way to look at the landscape, allowing the revelation of its beauty and opening up to a discussion about its transformation.

Amélie Blachot is currently in residence at Villa Le Nôtre in Versailles, where she works on a representation of the unique landscape elements of the city and territory of Versailles. This work will be exhibited in September 2016.

You can find a presentation of her artistic and sensitive approach to the landscape via articles on the following websites (see above links).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

The artists / Les artistes, g. à d. Julien Bellenoue, Amélie Blachot & Nicolas Gimbert

Un grand merci à Amélie BlachotJulien Bellenoue et Nicolas Gimbert pour leur collaboration pour réaliser cet article.

Toutes les photos et illustrations ne peuvent être reproduites sans la permission explicite des artistes. Toutes images ©Julien Bellenoue et Nicolas Gimbert ADAGP, Paris 2016 et  ©Amélie Blachot, Versailles 2016. No photo or illustration can be reproduced or published without the explicit permission of the artists.

Motifs urbains

Les motifs urbains représentent un sujet très large, dont voici quelques exemples. De la même manière qu’avec la thématique urbaine du micro macro, présentée dans le précédent article, on peut se rendre compte qu’il y a de nombreuses sources d’inspiration tout autour de nous, dans notre environnement quotidien.

La ville est beaucoup plus qu’une mosaïque de béton, d’asphalte, de pierres et d’acier plongée dans la pollution… La végétation, dont la couleur change avec les saisons et qui s’étend, plus ou moins sous contrôle, les traces laissées par les gens et les intempéries, les modifications météorologiques temporaires : tous transforment les aménagements pour dessiner de nouveaux motifs et pour inspirer de nouveau.

Urban patterns :

Urban patterns represent a very broad subject, including the following examples. As with the theme of urban micro macro, presented in the previous article, there are many sources of inspiration all around us in our everyday environment.

The city is much more than a patchwork of concrete, asphalt, stone and steel caught in pollution … The vegetation, which changes colour with the seasons and extends more or less under control, the traces left by people and weather and temporary weather changes : all of these transform the layout, only to become new sources of inspiration.

All photos © mjscapes

DSC_0671 DSC_0448

DSC_0667 DSC_0023

DSC_0240 DSC_0645

DSC_0177 DSC_0443

DSC_0473 DSC_0450

DSC_0399 DSC_0504

DSC_0220 DSC_0090

DSC_0038 DSC_0125