Stockholm’s eco-district

Hammarby Sjöstad in Stockholm – sustainable urban eco-district

Hammarby Lake City is an urban development project in the southern part of Stockholm.

Construction was planned already in 1995 and is still on-going. It should be completed by 2017 and is today one of the reference cities for sustainable development and the most visited eco-district in Scandinavia, seen as a best practise example for sustainable green and blue infrastructure. It used to be a polluted post-industrial harbour site.

The eco-district is planned as a dense settlement with primarily residential buildings, creating a compact expression. Most buildings have green courtyards between residences, creating common spaces and microclimate-gardens. The area lacks larger scale public green spaces and parks, but is indirectly connected to a nearby green wedge.

The eco-district has a tram-line, a pedestrian- and bicycle network and a ferry connecting the area to the rest of Stockholm.

DSC01956

 

DSC01917

The energy consumption in the city is around the half compared to the Swedish average. Solar panels, that use photovoltaic cells, are used for heating hot water during the summer months. Stormwater harvest and filtration is implemented along with the use of bio energy and a sophisticated waste removal system, which eliminates the use of rubbish trucks in the neighbourhood. The waste transportation system is linked to a local energy production in Stockholm. Household waste bags are directly transported to substations on the district’s outskirts, a very effective way of collecting waste.

In Hammarby Sjostad energy, solid waste, wastewater from buildings and storm-, rain-, meltwater is integrated in a unique eco-cycle system, making the district a blueprint example for other eco-cities around the world.

DSC01921

 

DSC01912

L’éco-quartier de Stockholm

Hammarby Sjöstad à Stockholm – éco-quartier durable

Hammarby Lake City est un projet de développement urbain dans la partie sud de Stockholm. La construction était prévue en 1995 mais est toujours en cours. Elle devrait être achevée d’ici à 2017 et est aujourd’hui l’une des villes de référence pour le développement durable et l’éco-quartier le plus visité en Scandinavie, considéré comme un exemple de meilleure pratique pour l’infrastructure verte et bleue durable. C’était auparavant un site portuaire post-industriel pollué.

L’éco-quartier est conçu comme une agglomération dense avec des bâtiments principalement résidentiels, créant une expression compacte. La plupart des bâtiments possèdent des cours vertes entre les résidences, créant des espaces communs et des jardins à micro-climats. La région manque, à plus grande échelle, d’espaces verts et de parcs publics, mais est indirectement reliée à un coin vert à proximité.

L’éco-quartier dispose d’une ligne de tram, un réseau piétonnier et de pistes cyclables, ainsi que d’une ligne de ferry reliant la zone au reste de Stockholm.

DSC01949

 

DSC01945

La consommation d’énergie dans la ville correspond approximativement à  la moitié de la moyenne suédoise. Des panneaux solaires, qui utilisent des cellules photovoltaïques, permettent le chauffage de l’eau chaude pendant les mois d’été. la récolte des eaux pluviales et leur filtration sont mises en œuvre, avec l’utilisation de l’énergie bio et d’un système d’élimination des déchets sophistiqué, afin de se dispenser de camions à ordures dans le quartier. Le système de transport de déchets est liée à la production d’énergie locale à Stockholm. Les sacs de déchets ménagers sont transmis directement à des postes à la périphérie du quartier. Un moyen très efficace de collecte des déchets.

Dans Hammarby Sjöstad, l’énergie, les déchets solides, les eaux usées des bâtiments et les eaux pluviales (de pluie et de fonte des neiges), sont intégrées dans un système d’éco-cycle unique, ce qui explique que le quartier soit considéré comme un modèle pour d’autres éco-quartiers à travers le monde.

DSC01911

 

DSC01936

All photos © mjscapes

Advertisements

Rain water lakes

North of Copenhagen the municipality of Gladsaxe is a frontrunner in handling rain water surplus and the effects of the climate changes. The lakes are part of a larger climate change project taking place in the area. Together with the existing basins and wetlands, the new lakes can contain 6.900 m3 of rain water.

This article is line with two other articles I’ve published on my blog, see Great rainwater harvesting and Rain water in Denmark

Read more about the project on Nordvand.dk (only in Danish).

The rain water lakes are shown on the left. Illustration © Nordvand.dk.

Les lacs d’eaux pluviales

Au nord de Copenhague, la municipalité de Gladsaxe est précurseur dans le traitement des eaux de pluie excédentaires et des effets des changements climatiques. Les lacs font partie d’un plus vaste projet d’adaptation aux changements du climat, mené dans la zone. Avec les bassins et les zones humides existantes, les nouveaux lacs peuvent contenir 6.900 m3 d’eau de pluie.

Cet article est dans la lignée de deux autres articles publiés précédemment sur le blog, La Grande collecte des eaux pluviales et Des eaux de pluie au Danemark

En savoir plus sur le projet sur  Nordvand.dk  (uniquement en danois).

Les lacs d’eau de pluie sont indiqués sur la gauche. Illustration © Nordvand.dk.

plan_regnvand

DSC_0080

DSC_0083

DSC_0088

DSC_0081

DSC_0089

Photos © mjscapes

Garden Lab #1 – Un Jardin-Jungle à Paris

Dans le 10e arrondissement de Paris, ce jardin-jungle urbain est proposé par Julien Bellenoue, paysagiste DPLG, et Nicolas Gimbert, artiste plasticien.

La Jungle s’inscrit dans le cadre d’une résidence à ”The Window” (”Garden In Progress”), située Rue Gustave Goublier. Cette rue, récemment devenue piétonne, sera transformée en jardin-jungle luxuriant.

A jungle garden

In the 10th arrondissement of Paris, this urban jungle garden is proposed by Julien Bellenoue, landscape architect DPLG and Nicolas Gimbert, visual artist.

The Jungle is part of a residence called “The Window” (“Garden In Progress”), located in Rue Gustave Goublier. This street, which recently became pedestrian, will be transformed into a lush jungle garden.

DSC_0067Vue de la Rue Gustave Goublier, vers Avenue de Strasbourg. The street that will be turned into a jungle garden.

planL’emplacement de la rue dans le 10e arrondissement. Placement of the site.

Le concept

Le but de ce projet est de recréer un espace qui évoque une jungle, grâce à une densité végétale placée dans une faille urbaine et qui profiterait du microclimat de la rue (fraîcheur en été et abrité en hiver).

En effet, le jardin sera orienté Est-Ouest et fera alterner des zones à la fois très plantées et des zones plus ouvertes, jouant sur les formes, les couleurs, les contrastes et les lumières de différentes strates végétales. Ces éléments viendraient révéler l’existant et par la même créer du dépaysement, d’autant plus que cette forêt équatoriale serait un rapprochement des cinq continents, une rencontre entre des espèces qui ne sont pas destinées à se côtoyer.

plan_detail

plan_detail2Deux plans du projet proposés. Plans of the proposal.

Le jardin-jungle sera equipé d’un hôtel à insectes, d’une zone avec terrasse et de poches plantées avec pots et bacs de végétation. Les caniveaux existants assurent l’irrigation des zones plantées avec l’eau de pluie.

Le jardin pourra être parcouru entièrement à pied ou à vélo. Les piétons et cyclistes pourront traverser cette promenade arborée et en profiter, comme les habitants de la rue, qui jouiront d’une vue sur une partie du paysage depuis leurs appartements. La rue Gustave Goublier devrait devenir un lieu de rencontre où l’on se rend pour prendre un verre, pour lire, pour discuter, pour profiter d’un espace vert particulier, une véritable fôret-galerie.

photomont2

The concept

The purpose of this project is to recreate a space that evokes a jungle, with an exceptional plant density placed in an urban fault and with species that will benefit from the street microclimate (cool in summer and sheltered in winter). The garden is East-West oriented and will alternate between more densely planted areas and more open areas, playing with shapes, colours, contrasts and the lights of the different plant strata. These elements reveal the existing and create a scenery. The garden jungle is meant to be an equatorial forest of the five continents, a meeting between the species that are not meant to meet.

The jungle garden is equipped with an insect hotel, a terrace and planted ”pockets” with vegetation. Existing gutters ensures irrigation of planted areas with rainwater.

The garden can be experienced on foot or by bike. Pedestrians and cyclists can cross this tree-lined promenade and enjoy it, like the inhabitants of the street, which enjoy a view of a part of the landscape from their apartments. The street should become a meeting place where one goes to get a drink, to read, to talk, to enjoy a particular green space, a real forest-gallery.

photomont1

space

Projet à suivre sur FB // Follow the project on Facebook

Toutes photos et illustrations // All photos and illustrations © Julien Bellenoue & Nicolas Gimbert.

Urbain Micro Macro

Dans la ville, on découvre souvent des endroits où la nature reprend ses droits. La verdure, même dans des espaces restreints, apparaît dès qu’elle trouve une possibilité de le faire. Chaque ouverture entre les pavés, dans le bitume, sur les murs, aux jointures des plaques d’égouts est utilisée pour rejoindre la surface et accéder à la lumière. Un souvenir que la nature est là, malgré nos efforts pour recouvrir les surfaces urbaines de béton et d’asphalte. Une démonstration que sans nos interventions, la ville serait envahie de millions de plantes, d’arbustes, d’arbres.

J’imagine ces petits espaces végétalisés comme des paysages. C’est une question d’échelle, bien sûr. Mais des paysages tout de même, qui peuvent donner des idées pour travailler. Petits et grands en même temps. Micro, macro. Une source d’inspiration éternelle.

Urban Micro Macro

In the city, we often discover places where nature shows up out of nowhere. These small urban green spaces pop up whenever they have the possibility.  Each opening between the stones, in the asphalt, on the walls or the joints of manhole covers, is used to reach the surface and the light. A memory that nature is there, despite our efforts to cover the urban surfaces with concrete and asphalt. A demonstration that without our intervention, the city would be covered by millions of plants, shrubs, trees.

I imagine these small spaces as vegetated landscapes. It’s a question of scale, of course. But landscapes all the same, that can give ideas. Large and small at the same time. Micro, macro. A source of eternal inspiration.

All photos courtesy of mjscapes.

DSC_0607 DSC_0580 DSC_0569 DSC_0574 DSC_0579 DSC_0573 DSC_0602 DSC_0610 DSC_0614

Great plant material : Moss

This plant family has a range of colours going from a fascinating deep green to shades of yellow, orange or brown. The Bryophyta, their scientific name, are non-vascular plants present on our planet for the last 450 million years!

They adapt easily to all types of habitats, especially the forest with high humidity, but also near water. They manage to grow everywhere, on all types of materials due to their lack of roots. They can absorb up to 20 times their weight in liquid and are a valuable resource for areas with humid microclimate.

Superbe matériel végétal : la mousse

Cette famille de plantes dispose d’une gamme de couleurs allant d’un vert profond fascinant à des tons jaunes, orange ou marron. Les Bryophytas (leur nom scientifique) sont des plantes non-vasculaires présentes sur notre planète depuis 450 millions d’années !

Elles s’adaptent très facilement à tous types d’habitats, surtout la forêt humide, mais également les bords de mers. Elles arrivent à pousser partout, sur tous types de matériaux grâce à leur absence de racines. Elles peuvent absorber jusqu’à 20 fois leur poids en liquide et sont donc une ressource intéressante pour les zones à microclimat humide.

All photos / toutes photos courtesy mjscapes

DSC_0621 DSC_0625

DSC_0607 DSC_0623

DSC_0624 DSC_0569

DSC04168 Norge aug. 2006 074

DSC_0630 2 DSC_0634

DSC_0632 DSC_0614

DSC_0611 DSC_0597