Stockholm’s eco-district

Hammarby Sjöstad in Stockholm – sustainable urban eco-district

Hammarby Lake City is an urban development project in the southern part of Stockholm.

Construction was planned already in 1995 and is still on-going. It should be completed by 2017 and is today one of the reference cities for sustainable development and the most visited eco-district in Scandinavia, seen as a best practise example for sustainable green and blue infrastructure. It used to be a polluted post-industrial harbour site.

The eco-district is planned as a dense settlement with primarily residential buildings, creating a compact expression. Most buildings have green courtyards between residences, creating common spaces and microclimate-gardens. The area lacks larger scale public green spaces and parks, but is indirectly connected to a nearby green wedge.

The eco-district has a tram-line, a pedestrian- and bicycle network and a ferry connecting the area to the rest of Stockholm.

DSC01956

 

DSC01917

The energy consumption in the city is around the half compared to the Swedish average. Solar panels, that use photovoltaic cells, are used for heating hot water during the summer months. Stormwater harvest and filtration is implemented along with the use of bio energy and a sophisticated waste removal system, which eliminates the use of rubbish trucks in the neighbourhood. The waste transportation system is linked to a local energy production in Stockholm. Household waste bags are directly transported to substations on the district’s outskirts, a very effective way of collecting waste.

In Hammarby Sjostad energy, solid waste, wastewater from buildings and storm-, rain-, meltwater is integrated in a unique eco-cycle system, making the district a blueprint example for other eco-cities around the world.

DSC01921

 

DSC01912

L’éco-quartier de Stockholm

Hammarby Sjöstad à Stockholm – éco-quartier durable

Hammarby Lake City est un projet de développement urbain dans la partie sud de Stockholm. La construction était prévue en 1995 mais est toujours en cours. Elle devrait être achevée d’ici à 2017 et est aujourd’hui l’une des villes de référence pour le développement durable et l’éco-quartier le plus visité en Scandinavie, considéré comme un exemple de meilleure pratique pour l’infrastructure verte et bleue durable. C’était auparavant un site portuaire post-industriel pollué.

L’éco-quartier est conçu comme une agglomération dense avec des bâtiments principalement résidentiels, créant une expression compacte. La plupart des bâtiments possèdent des cours vertes entre les résidences, créant des espaces communs et des jardins à micro-climats. La région manque, à plus grande échelle, d’espaces verts et de parcs publics, mais est indirectement reliée à un coin vert à proximité.

L’éco-quartier dispose d’une ligne de tram, un réseau piétonnier et de pistes cyclables, ainsi que d’une ligne de ferry reliant la zone au reste de Stockholm.

DSC01949

 

DSC01945

La consommation d’énergie dans la ville correspond approximativement à  la moitié de la moyenne suédoise. Des panneaux solaires, qui utilisent des cellules photovoltaïques, permettent le chauffage de l’eau chaude pendant les mois d’été. la récolte des eaux pluviales et leur filtration sont mises en œuvre, avec l’utilisation de l’énergie bio et d’un système d’élimination des déchets sophistiqué, afin de se dispenser de camions à ordures dans le quartier. Le système de transport de déchets est liée à la production d’énergie locale à Stockholm. Les sacs de déchets ménagers sont transmis directement à des postes à la périphérie du quartier. Un moyen très efficace de collecte des déchets.

Dans Hammarby Sjöstad, l’énergie, les déchets solides, les eaux usées des bâtiments et les eaux pluviales (de pluie et de fonte des neiges), sont intégrées dans un système d’éco-cycle unique, ce qui explique que le quartier soit considéré comme un modèle pour d’autres éco-quartiers à travers le monde.

DSC01911

 

DSC01936

All photos © mjscapes

Advertisements

PARIS 13 – ÉCOQUARTIER GARE DE RUNGIS

Le développement du premier éco-quartier à Paris a débuté par une phase de conception à partir de 2004. La zone s’étend sur des terrains d’une ancienne gare de marchandises de La Petite Ceinture fermée au début des années 1990.

Il y a trois principaux objectifs environnementaux au niveau du quartier :

– réduire les consommations d’énergie

– limiter la circulation automobile à l’intérieur du quartier

– gérer les eaux pluviales et économiser l’eau potable

Le quartier est constitué de logements verts, de bureaux, d’un terrain sport, autour de son joyau :

Le Jardin Charles Trenet

Le jardin s’étend sur 5000m2. Un de ses éléments principaux est le miroir d’eau qui est équipé d’un système de récupération des eaux pluviales, qui servent à l’arrosage. Le miroir évoque également le souvenir de la Bièvre dont un bras traversait le quartier. Sa surface est de 700 m2 et le bassin aquatique peut stocker jusqu’à 300m3 d’eau. Il est alimenté par les eaux pluviales de surplus des différents bâtiments environnants. Il est raccordé au réseau d’eau non potable de la Ville de Paris.

La zone est traversée par une passerelle en bois qui offre des vues sur les trois terrasses. Le jardin compte également des jardins partagés, une aire de jeux et des aires de repos.

La végétation consiste surtout en des arbres fruitiers, des saules, Lonicera grimpant sur les murs et des plantes aquatiques. Les végétaux plantés sont issus de l’écosystème parisien et donc adaptées au climat.

PARIS 13 – GARE DE RUNGIS ECO DISTRICT AREA

The development of the first eco-district in Paris began in 2004 with the design phase. The area covers the terrain of a former railway station that was part of the La Petite Ceinture railway around in Paris. The railway was closed down in the beginning of the 1990’s.
There are three main environmental objectives at the neighbourhood:

– Reduce energy consumption
– Limit car traffic inside the area
– Manage stormwater and save drinking water

The area consists of green housing, offices and a sports ground, developed around its jewel:

The Charles Trenet Garden

The garden covers 5000m2. One of its main elements is the water basin, which is equipped with a rainwater harvesting system, used for irrigation. The basin also brings back the memory of the Bièvre river, which used to run through the neighbourhood. Its surface is 700 m2 and the water basin can store up to 300m3 of water. It is fed by rainwater surplus from surrounding buildings and connected to the non-drinking water system of the City of Paris.

A wooden walkway cuts diagonally through the garden offering views on three terraces. The garden also has shared gardens, a playground and rest areas.
The vegetation consists mainly of fruit trees, willows, Lonicera climbing on walls and aquatic plants. The plants are mainly from the Parisian ecosystem and thus adapted to the climate.

plan

Plan du site / Site plan © SEMAPA & CAUE75

reseau_eau

Plan du réseau d’eau et la récupération des eaux de pluie © SEMAPA & CAUE75

Plan of the water system and the rain water harvesting © SEMAPA & CAUE75

DSC_0532

DSC_0531

DSC_0534

DSC_0533

DSC_0543

DSC_0558

DSC_0564

DSC_0545

DSC_0556

DSC_0557

Toutes photos / all photos © mjscapes

ØsterGRO/1 – Urban Farming in Copenhagen

ØsterGRO Tagfarm (tagfarm = roof top farm in Danish) is Denmark’s first roof top farm and is the fruit of three entrepreneurs’ hard work. After a trip to New York, where work is well advanced in urban farming and CSA (Community Supported Agriculture), Sofie Brincker, Livia Urban Swart Haaland and Kristian Skaarup found the inspiration for the construction of the country’s first roof top farm, which opened in the summer of 2014. Sofie and Kristian are landscape architects MDL and Livia a student in production gardening.

On top of a commercial building they have created 600 m2 with hives, a chicken coop and the cultivation of all kinds of vegetables. ØsterGRO roof top farm is operated as an association. Income comes from 16 families who pay to pick up a box of fresh vegetables every week during the harvest season. In addition there’s income from various events, such as theme nights, workshops, dinner events and training in cultivation.

The objectives of ØsterGRO roof top farm is to be sustainable in four essential areas :

Environment

Health

Economy

Social activity

ØsterGRO is a green area, which is helping improve the local air quality. The many plant beds collect rainwater and the green roof helps to cool the building and thereby saving energy. The roof top farm allows to harvest food produced locally and the association members have the opportunity to lend a hand in the care of the farm, which invites to a feeling of community and also physical activity. ØsterGRO is an entrepreneurial initiative, which provides the basis for growth, more jobs and increased property value in the local area. Finally, the roof top farm allows for greater social activity and closer contact to nature, which results in an increased quality of life.

It is the intention of ØsterGRO to become an independent platform for knowledge, education and information on cultivation of plants. The three promoters also hope that there in the future can be established multiple platforms with the same purpose.

List of plants :

Cucumber, Chili, Gherkin, Strawberry, Garlic, Parsnip, Turnip, Carrots, Onions, Kohlrabi, Kale, Red kale, Salads, Potatoes, Fennel, Herbs, Squash, Hokkaido Pumpkin, Dill, Tomatoes, Beans, Peas, Jerusalem Artichokes and many more.

ØsterGRO – agriculture urbaine à Copenhague

ØsterGRO Tagfarm (tagfarm = ferme sur toit en danois) est la première ferme sur toit du Danemark et le fruit du travail acharné de trois entrepreneurs. Après un voyage à New York, où s’est déjà développé l’agriculture urbaine et le CSA (Community Supported Agriculture), Sofie Brincker, Livia Urban Swart Haaland et Kristian Skaarup se sont lancés dans la construction de leur propre ferme de toit, qui a ouvert à l’été 2014. Sofie et Kristian sont architectes paysagistes MDL et Livia étudiante en agronomie.

La ferme se trouve au sommet d’un immeuble de bureaux. Elle fait une superficie de 600 m2, comporte des ruches, un poulailler et permet la culture de toutes sortes de légumes. ØsterGRO Tagfarm possède un fonctionnement comparable aux AMAP françaises. Les 16 familles abonnées récupèrent ainsi chaque semaine un panier de légumes frais pendant la saison de la récolte. La ferme se rémunère également en organisant divers événements, tels que des soirées à thème, des dîners et des ateliers de formation au jardinage.

L’objectif de ØsterGRO Tagfarm est de se développer durablement dans le respect de :

Environnement

Santé

Economie

Activité sociale

Ainsi, ØsterGRO est un espace vert qui contribue à améliorer la qualité de l’air local. Les nombreux massifs de plantes absorbent l’eau de pluie. Le toit vert contribue au refroidissement du bâtiment et permet de faire des économies d’énergie. La ferme sur toit permet de récolter des denrées alimentaires produites localement. Elle est ouverte à des associations qui ont la possibilité de participer aux activités d’entretien de la ferme. Ainsi, la communauté profite de cet espace qui représente une activité sociale pour les habitants des alentours. Ils peuvent y pratiquer une activité physique et ludique, en contact étroit avec la nature, ce qui contribue à une meilleure qualité de vie.

ØsterGRO est une initiative entrepreneuriale qui participe également à l’économie locale en offrant des emplois et en donnant plus de valeur aux biens immobiliers des alentours. ØsterGRO est destinée à devenir une plateforme indépendante de connaissance, d’éducation et d’information sur la culture. Les trois promoteurs espèrent également que, dans l’avenir, pourront être établies d’autres structures similaires.

Liste des plantes cultivées :

Concombres, Piments, Cornichons, Fraises, Ail, Panais, Navet, Carottes, Oignons, Choux rave, Choux frisé, Choux frisé rouge, Salades, Pommes de terre, Fenouil, Herbes, Courgette, Citrouille, Aneth, Tomates, Haricots, Pois, Topinambours et bien plus encore.

1897822_268937686613246_1667230962_n

The roof top before / Le toit avant

This video shows the project from start to finish / Video qui montre le projet, du début à la fin. Courtesy of ØsterGRO and Tobias Juhl Nielsen.

Below photos from the farm / ci-dessous photos de la ferme :

P4A6663 P4A7096 P4A6827 P4A6961 P4A6981 P4A7063 P4A6718 P4A6924

All photos courtesy of ØsterGRO with special thanks to Kristian Skaarup for his help and advice.

Pocket Parks – A Green and Social City Space

The sound of water, shading trees, the soft feeling of grass under your feet. A bench to sit on. A place for social inter action. A place to meet your neighbour. Untrimmed vegetation. An oasis. A contrast to the urban life. A well defined space on a small scale. The quintessence of a pocket park.

The dense structure in big cities presents the development of urban greening with some challenges. It is however a very important part of city planning to focus on. It started in New York in the 1960’s with the famous Paley Park. Its water curtain, the walls with plants and the long stemmed trees, give its visitors a break from an urban melting pot. The tables and chairs give people the opportunity to interact, to have visual contact.

An element of water can muffle the sound of the city’s hectic life and help create an enclosure where you can relax. The same can be done with plants. Living in a dense city is stressfull and with more and more people living in the cities, the research into how you can reduce stress and lifestyle related diseases is even more important.

The pocket park plays a significant part, not only to reduce stress, but also as a way to handle climate change. It shades, it provides coolness and it can improve the climate locally. Surface water and rain water can be collected, delayed or evaporated and used as a recreative element.

Parcs de poche – Des espaces urbains verts et sociaux

Le bruit de l’eau, l’ombre des arbres, la sensation de douceur de l’herbe sous vos pieds. Un banc pour s’asseoir. Une place pour l’interaction sociale. Un lieu de rencontre entre voisins. Une végétation laissée libre. Une oasis. Une échappatoire à la vie urbaine. Un espace bien défini sur une petite échelle. La quintessence d’un parc de poche.

La structure dense dans les grandes villes oblige à relever quelques défis pour réaliser le développement écologique des villes. Cependant, il s’agit d’un élément très important à prendre en compte dans les plans d’aménagements urbains. Le mouvement a débuté à New York dans les années 1960 avec le célèbre Paley Park. Son rideau d’eau, les murs végétalisés et les arbres à longue tige offrent aux visiteurs la possibilité de se reposer de l’effervescence urbaine. Les tables et les chaises donnent aux gens l’occasion d’échanger, d’avoir un contact visuel.

Une pièce d’eau peut étouffer le son de la vie urbaine trépidante et aider à créer une enceinte où vous pouvez vous détendre. Les plantes peuvent permettre la même chose. Vivre dans une ville dense est stressant et, avec l’augmentation du nombre d’habitants dans les villes, il est encore plus important de trouver des façons de réduire la tension et les maladies liées à un mode de vie stressant.

Le parc de poche joue un rôle important, non seulement pour évacuer la pression, mais aussi comme moyen de gérer les effets du changement climatique. Il nuance, il offre fraîcheur, mais il peut aussi améliorer le climat local. L’eau de surface et l’eau de pluie peuvent être collectées, éliminée par évaporation, stockée pour une utilisation future ou comme élément récréatif.

Pocket parks in Copenhagen : Islands Brygge, Havneparken // Superkilen, Nørrebro // Byparken, Ørestad

DSC04454 DSC04451 DSC_0450DSC_0470

DSC05395DSC05398

Pocket parks in Paris : Jardin du Musée Quai Branly // Jardin du Musée Cluny

DSC06009DSC06018

DSC_0582DSC_0569

Copenhagen suburbs : Rain water activity park

Flooding because of heavy, sudden rain falls is not only a problem in the centre of Copenhagen. In the suburban municipality of Høje Taastrup, after a flooding a few years ago, they were forced to extend an existing rain water basin with 12.000 m2, as to be able to cope with even more rain water in the future.

The incident resulted in a great urban park that goes even further than fulfilling its purpose of stocking more rain water. Overall the park can be divided in two parts, the eastern and the western. Towards the east the park provides a passage through the area, whereas towards the west the area is dotted with a large number of activities appealing to all age groups.

The western part is divided into five segments containing water activities, recreation, movement, reflection and view points. People, especially school children, has an opportunity to learn more about water as they play.

Furthermore the activity park offers areas for football, beachvolley, yoga, aerobics and tai-chi as well as playgrounds and platforms of wood from where it is possible to enjoy the proximity to the water and the views over the lake.

Banlieue de Copenhague : Parc d’activités d’eaux pluviales

Les inondations causées par les pluies soudaines ne sont pas un problème uniquement dans le centre de Copenhague. Dans la banlieue de la capitale, la municipalité de Høje Taastrup, après une inondation survenue il y a quelques années, a été forcée d’agrandir de 12.000 m2 un bassin de retenue d’eau de pluie, pour être en mesure de faire face à l’augmentation des précipitations prévues à l’avenir.

L’incident a donné l’occasion de développer un grand parc urbain qui va remplit plus d’objectifs que sa mission principale de stockage des abondantes eaux de pluie. Globalement, le parc peut être divisé en deux parties : est et ouest. Vers l’est, le parc permet de se promener dans la zone, alors que vers l’ouest, il est parsemé d’activités accessibles à tous, quel que soient leurs âges.

Cette partie ouest est divisée en cinq segments contenant des activités nautiques, de loisirs, sportives, de réflexion et des points de vue panoramiques. Les visiteurs, en particulier les enfants de l’école, ont la possibilité d’en apprendre davantage à propos de l’eau en jouant.

En outre, le parc d’activités offre des espaces pour la pratique du football, du beach volley, du yoga, de l’aérobic et du tai-chi, ainsi que des terrains de jeux et des plates-formes de bois d’où il est possible de profiter de la proximité de l’eau et de la vue sur le lac.

general_plan  plan_selsmosen

Selsmosen_Haengekoeje Selsmosen_Traedesten

Sources, site plans and photos courtesy of the municipality of Høje Taastrup and Force4 Architects. http://www.htk.dk/Fritid/Natur-udeliv/Parker%20og%20naturomraader/Selsmosen.aspx and http://force4.dk/projects/selsmosen/

Adapting to climate change

COPENHAGEN : new urban space adapted to climate change

The small square is lodged between apartment buildings in typical functionalistic style from the 20’s/30’s. The municipality has had to deal with flooding of the city more than once in the last few years. The inauguration of the square Tåsinge Plads in the eastern part of the Danish capital, is only the latest step in trying to find solutions that solve the problems with sudden, heavy rainfalls.

The small square is part of a larger plan to create ways for excess rainwater to escape, be detained or integrated in the landscape design of urban projects. It is divided into three zones the Slope, the Square, the Rain forest and the vegetation changes according to each section. Salt tolerant plants are found closest to the road and water tolerant trees and shrubs in the lowest lying areas. In between species go from dry to semi-humid.

The square is designed so that rainwater from it and the surrounding buildings and roofs are led towards the basins and not into the sewers. In the sitting area rain water parasols give shelter and lead the water from the surface into the tanks below. Large blue sculptural rain drops serve as water tanks as well as elements in children’s play.

It is an urban biotope, a piece of nature amidst the concrete jungle.

COPENHAGUE : nouvel espace urbain adapté au changement climatique

Le petit square est logé entre des immeubles d’habitation dans le style fonctionnaliste typique des années 1920/1930. La municipalité a dû faire face à des inondations de la ville plus d’une fois au cours de ces dernières années. L’inauguraton de la place Tåsinge Plads, dans la partie est de la capitale danoise, n’est que le plus récent essai pour résoudre les problèmes provoqués par les pluies diluviennes.

Le petit square fait partie d’un plan plus vaste visant à développer des solutions permettant aux excès d’eaux pluviales de s’échapper, d’être retenues pour une utilisation ultérieure, intégrées aux projets d’aménagement du paysage urbain. Il est divisé en trois zones : la Pente, la Place, la Forêt Tropicale, avec des changements de végétation d’une section à l’autre. Des plantes tolérantes au sel ont été placées près des voies automobiles. Des arbres et arbustes tolérants aux grandes quantités d’eau se trouvent dans les zones les plus basses. Entre ces deux extrémités, d’autres espèces, sèches à semi-humides, sont réparties.

La place est conçu de sorte que l’eau pluviale des bâtiments et des toits alentours soit dirigée vers les bassins et non dans les égouts. Les parasols fournissent un abri aux passants et orientent l’eau dans les réservoirs souterrains. Les sculptures en forme de grandes gouttes de pluie bleues servent de réservoirs d’eau ainsi que d’éléments de jeux pour enfants.

C’est un biotope urbain, un morceau de nature au milieu de la jungle de béton.

Site plan courtesy of GHB Landskab http://www.ghb-landskab.dk and http://www.klimakvarter.dk

All photos by mjscapes.

1665-T_singe-Plads-ML-01-1

DSC_0382DSC_0417DSC_0410DSC_0403DSC_0399DSC_0393DSC_0426DSC_0420

Rain water harvesting in Denmark

The municipality of Gladsaxe, in the suburbs of Copenhagen, has alongside other nearby municipalities made a general decision of creating projects that take into account the climate changes, rain water harvesting and sustainability.

This particular project is a co-operation between the municipality and a private contractor, Nordvand A/S and covers 32 ha. It is the connecting link between a recreational and a residential area. The goal is first and foremost to avoid flooding and to harvest, detain and delay rain water in case of sudden, heavy rain falls. It consists of two parts, a sports area and a shared bicycle/pedestrian path. Alongside the bike path there’s a row of wadi’s and dam’s. This part can be divided into three: meadows, casacades and river beds. These different expressions of landscape is made possible by a significant difference in level of 10 m on the site. The different elements used in each landscape allows for beautiful experiences with running, still or reflecting water.

It is a very interesting experience and it gives an extra dimension to a bike ride or a walk. The project combines an aesthetic urban expression with rain water harvesting.

The climate changes present us with new types of challenges and this is a very good way to try and solve the ever more frequent problems with flooded roads, sewers and residential areas.

Récuperation d’eau pluviale au Danemark

La municipalité de Gladsaxe, dans la banlieue de Copenhague, à l’instar d’autres municipalités voisines, a lancé des projets qui tiennent compte des changements climatiques, notamment l’augmentation des niveaux d’eaux pluviales, dans un souci de développement durable.

Ce projet particulier est une coopération entre la municipalité et un entrepreneur privé, Nordvand A/S et couvre 32 hectares. Il est le lien entre une zone de loisir et une zone résidentielle. L’objectif est d’abord et avant tout d’éviter les inondations en récoltant l’eau, en la retenant et en retardant son déversement dans le réseau d’eaux pluviales en cas de soudaines et fortes précipitations. Il se compose de deux parties : un terrain de sport et une piste cyclable/piétonne. A côté de la piste cyclable a été aménagée une rangée d’oueds et de barrages. Cette partie peut être divisée en trois zones : prairies, cascades et lits de rivières.

Ces différentes expressions du paysage sont rendues possibles par une dénivellation de terrain de 10 m sur le site. Les différents éléments utilisés dans chaque partie offrent de belles expériences avec l’eau courante, stagnante ou avec les réflexions à sa surface.

Le projet s’avère très intéressant et donne une dimension supplémentaire aux balades à vélo ou les promenades. Le projet combine à la fois l’expression urbaine esthétique et l’utilité de la récolte de l’eau pluviale.

plan_marielyst

Site plan from New Agenda 2 by Annemarie Lund, Forlaget Bogværket 2014.

All photos by mjscapes

DSC_0392 DSC_0427DSC_0425 DSC_0453DSC_0451 DSC_0467DSC_0460 DSC_0477DSC_0482 DSC_0487