Blue Flow / series 1

DSC_0393

DSC_0373

DSC_0368

DSC_0396

DSC_0377

Merete Jepsen, 2016. Blue Flow Organza, satin, steel pins and wire on foam cardboard. 12 cm x 14,7 cm

Blue Flow. All pinned up. Fountain. Geyser. Below water. Above water. Treescape. Landscape. Artscape. Satin trees. Steel trees. Trees.

All artistic works, photographs and texts ©Merete Jepsen

Advertisements

Grey Flow / Series 1

DSC_0602

DSC_0599

DSC_0602

DSC_0607

DSC_0610

Merete Jepsen, 2016. Grey Flow Organza, wire and steel pins on foam cardboard. 12 cm x 14,7 cm

Metallic colouring. Black. White. Grey. Flow. Flowing inside out. Outside in. Upwards. Strong yet delicate. Forest of organza. Sculpture of textile. Grey waterfall. Trees. Trees of wire. Transparency. Density. Structures.

VERSAILLES – SAUVAGES

 

flyer_recto

Exposition Versailles – Sauvages

Par Amélie Blachot

 Collaboration de la pièce sonore : Nicolas Gimbert, artiste.

__________________________________________

4 EVENEMENTS :

1/ Exposition personnelle Versailles-Sauvages au Potager du Roi, Versailles : 10, rue du Maréchal Joffre, bâtiment de la figuerie, RDC et 1er étage, entrée salle du Potager, au bout de la terrasse La Quintinie

à Vernissage le jeudi 15/09 septembre à 19H00

à Exposition du 16 au 18 septembre inclus 10h-18h

Dans le cadre des JEP Journées du Patrimoine de Versailles, les 17 et 18 septembre 2016 10h-18h :

https://www.mapado.com/versailles/versailles-sauvages

https://openagenda.com/events/versailles-sauvages

http://78.agendaculturel.fr/exposition/versailles/versailles-sauvages.html

 

2/ Expostion collective dans le cadre du festival Plastique Danse Flore :

Potager du Roi, Versailles :

Un extrait de la production artistique Versailles-Sauvages, dont la pièce sonore réalisée en collaboration avec Nicolas Gimbert y seront présentés en continu, de 10h à 18h ;

à Les 24 et 25 septembre 2016, bâtiment de la figuerie, salles du Potager et salle Calville.

http://www.plastiquedanseflore.com/amelie-blachot/

 

3/ CARRE A LA FARINE* VILLE DE VERSAILLES :

Exposition personnelle Versailles – Sauvages, Carré à la Farine, Ville de Versailles, du 27 septembre au 1er octobre 2016, 12H-19H

http://culture.versailles.fr/carre-a-la-farine/carre-a-la-farine/

 

4/ NUIT DE LA CREATION, samedi 1er octobre 2016_20H-1H00, Exposition personnelle Versailles – Sauvages, au Carré à la Farine*, ville de Versailles, Halle à la Farine

http://culture.versailles.fr/carre-a-la-farine/carre-a-la-farine/

*Salle d’exposition de 250m2 située à la halle à la farine, 1er étage (accès possible par ascenseur) du marché de la place Notre-Dame de Versailles_Rue au Pain, 78000 Versailles

 

flyer_verso

 

__________________________________________

Exposition Versailles – Sauvages

Par Amélie Blachot

 

Courte biographie, démarche artistique globale liée au paysage et explicitation de l’analyse et de la production sur Versailles

Née en 1985, Amélie Blachot est artiste et paysagiste DPLG.

Diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure de Paysage de Versailles en 2011, elle développe un champ nouveau où les arts plastiques sont employés pour révéler les fondamentaux de paysage naturels et anthropiques d’un territoire. Toute en révélant la beauté du territoire étudié, son travail de représentation du territoire est également conçu dans le but d’ouvrir au questionnement quant à sa transformation.

A chacune de ses études de territoire, qu’Amélie Blachot mène de manières unique et entière, correspond une œuvre intrinsèque à ce site. Autrement dit, le lieu en devient son médium.

Suite à une étape immersive et de recherche cartographique et historique, lui apportant des éléments concrets et des ressentis de paysage, elle définit champs, techniques, formes, couleurs, outils et supports. Les différentes pièces artistiques de chacune des œuvres (où “œuvre” est l’ensemble de la production dédiée à un territoire), sont autant pensées de manière individuelle que globale. La finalité de «l’œuvre territoire» réside dans l’installation de la totalité des pièces artistiques mais où chaque production peut être lue et regardée de façon singulière tout en renvoyant à l’analyse globale du territoire étudié.

Ainsi à Versailles, ses productions sont d’une part à la mesure des tracés de la ville et de la surface de l’ancien grand parc et d’autre part sont nées de son analyse personnelle de Versailles.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Amélie Blachot, 2016 – Vitruve, Vinci, Versailles, bombe deep gold sur canson, 250,5 cm x 249,5 cm.

Résumé

Versailles – Sauvages” ou comment le cadre et la géométrie de la ville de Versailles permettent de révéler les perceptions et les mouvements du paysage intrinsèques à ce lieu.

Pour cette exposition, à l’issu de sa résidence à La Villa Le Nôtre, Amélie Blachot propose une représentation des éléments de paysage de la ville et du territoire de Versailles de manières artistiques. Peintures, installations, dispositifs sonores et techniques mixtes seront convoqués pour proposer une lecture autre de la ville, celle de la rencontre entre la rigueur des tracés et les éléments de nature sauvage.

Collaboration de la pièce sonore : Nicolas Gimbert, artiste.

 

__________________________________________________

Tous les visuels, photos et écrits : ©Amélie Blachot

 

 

Stockholm’s eco-district

Hammarby Sjöstad in Stockholm – sustainable urban eco-district

Hammarby Lake City is an urban development project in the southern part of Stockholm.

Construction was planned already in 1995 and is still on-going. It should be completed by 2017 and is today one of the reference cities for sustainable development and the most visited eco-district in Scandinavia, seen as a best practise example for sustainable green and blue infrastructure. It used to be a polluted post-industrial harbour site.

The eco-district is planned as a dense settlement with primarily residential buildings, creating a compact expression. Most buildings have green courtyards between residences, creating common spaces and microclimate-gardens. The area lacks larger scale public green spaces and parks, but is indirectly connected to a nearby green wedge.

The eco-district has a tram-line, a pedestrian- and bicycle network and a ferry connecting the area to the rest of Stockholm.

DSC01956

 

DSC01917

The energy consumption in the city is around the half compared to the Swedish average. Solar panels, that use photovoltaic cells, are used for heating hot water during the summer months. Stormwater harvest and filtration is implemented along with the use of bio energy and a sophisticated waste removal system, which eliminates the use of rubbish trucks in the neighbourhood. The waste transportation system is linked to a local energy production in Stockholm. Household waste bags are directly transported to substations on the district’s outskirts, a very effective way of collecting waste.

In Hammarby Sjostad energy, solid waste, wastewater from buildings and storm-, rain-, meltwater is integrated in a unique eco-cycle system, making the district a blueprint example for other eco-cities around the world.

DSC01921

 

DSC01912

L’éco-quartier de Stockholm

Hammarby Sjöstad à Stockholm – éco-quartier durable

Hammarby Lake City est un projet de développement urbain dans la partie sud de Stockholm. La construction était prévue en 1995 mais est toujours en cours. Elle devrait être achevée d’ici à 2017 et est aujourd’hui l’une des villes de référence pour le développement durable et l’éco-quartier le plus visité en Scandinavie, considéré comme un exemple de meilleure pratique pour l’infrastructure verte et bleue durable. C’était auparavant un site portuaire post-industriel pollué.

L’éco-quartier est conçu comme une agglomération dense avec des bâtiments principalement résidentiels, créant une expression compacte. La plupart des bâtiments possèdent des cours vertes entre les résidences, créant des espaces communs et des jardins à micro-climats. La région manque, à plus grande échelle, d’espaces verts et de parcs publics, mais est indirectement reliée à un coin vert à proximité.

L’éco-quartier dispose d’une ligne de tram, un réseau piétonnier et de pistes cyclables, ainsi que d’une ligne de ferry reliant la zone au reste de Stockholm.

DSC01949

 

DSC01945

La consommation d’énergie dans la ville correspond approximativement à  la moitié de la moyenne suédoise. Des panneaux solaires, qui utilisent des cellules photovoltaïques, permettent le chauffage de l’eau chaude pendant les mois d’été. la récolte des eaux pluviales et leur filtration sont mises en œuvre, avec l’utilisation de l’énergie bio et d’un système d’élimination des déchets sophistiqué, afin de se dispenser de camions à ordures dans le quartier. Le système de transport de déchets est liée à la production d’énergie locale à Stockholm. Les sacs de déchets ménagers sont transmis directement à des postes à la périphérie du quartier. Un moyen très efficace de collecte des déchets.

Dans Hammarby Sjöstad, l’énergie, les déchets solides, les eaux usées des bâtiments et les eaux pluviales (de pluie et de fonte des neiges), sont intégrées dans un système d’éco-cycle unique, ce qui explique que le quartier soit considéré comme un modèle pour d’autres éco-quartiers à travers le monde.

DSC01911

 

DSC01936

All photos © mjscapes

Parc de la Villette – Paysagisme classique 1

Le Parc de la Villette est depuis longtemps un des projets phares de Paris dans les domaines de l’architecture, de l’urbanisme et du paysage. Ce parc est une des oeuvres les plus connues de l’architecte Bernard Tschumi, crée en 1983. Il fait partie des Grands Projets initiés par l’ancien Président François Mitterand, que sont également la Bibliothèque François Mitterand, conçue par Dominique Perrault, La Pyramide du Louvre, de Pei, la Grande Arche de La Défense, signée Spreckelsen, et l’Institut du Monde Arabe, réalisée par Jean Nouvel. Le parc est plein de formes géométriques intéressantes comme je l’ai observé lors de ma dernière visite. L’idée principale de Tschumi est le concept de la superposition de trois systèmes : la grille des folies pour les activités prévues, la grille de circulation et la grille des activités que peut s’approprier le public de manière spontanée, comme on peut le voir sur le schéma ci-dessous.

Parc de La Villette – Landscape architecture classics 1

The park of La Villette has for a long time been one of the key projects in landscape architecture, urbanism and architecture in Paris. Created in 1983 by the architect Bernard Tschumi, the park is one of his best known works. The park is part of the Great Works by former president François Mitterand, which also included a new national library by Dominique Perrault, Pei’s Pyramid at the Louvre museum, the Arch of La Défense by Spreckelsen and the Arab World Institute by Jean Nouvel. The park has many interesting geometrical expressions, as I noticed when I last visited, but the more precise idea behind Tschumi’s concept is the superposition of three systems : The points of the folies, the lines of circulation (the paths) and the grid of sports activities that can be used by the public in a spontaneous manner as seen on the site plan below.

plan

Plan from Bernard Tschumi – Architecture: concept & notation.

DSC_0018 DSC_0013 DSC_0994 DSC_0970 DSC_0059 DSC_0057 Bibliographie :  Migayrou, Frédéric : Bernard Tschumi – Architecture: concept & notation. Editions du Centre Pompidou, Paris 2014.

All photos © mjscapes

Motifs urbains

Les motifs urbains représentent un sujet très large, dont voici quelques exemples. De la même manière qu’avec la thématique urbaine du micro macro, présentée dans le précédent article, on peut se rendre compte qu’il y a de nombreuses sources d’inspiration tout autour de nous, dans notre environnement quotidien.

La ville est beaucoup plus qu’une mosaïque de béton, d’asphalte, de pierres et d’acier plongée dans la pollution… La végétation, dont la couleur change avec les saisons et qui s’étend, plus ou moins sous contrôle, les traces laissées par les gens et les intempéries, les modifications météorologiques temporaires : tous transforment les aménagements pour dessiner de nouveaux motifs et pour inspirer de nouveau.

Urban patterns :

Urban patterns represent a very broad subject, including the following examples. As with the theme of urban micro macro, presented in the previous article, there are many sources of inspiration all around us in our everyday environment.

The city is much more than a patchwork of concrete, asphalt, stone and steel caught in pollution … The vegetation, which changes colour with the seasons and extends more or less under control, the traces left by people and weather and temporary weather changes : all of these transform the layout, only to become new sources of inspiration.

All photos © mjscapes

DSC_0671 DSC_0448

DSC_0667 DSC_0023

DSC_0240 DSC_0645

DSC_0177 DSC_0443

DSC_0473 DSC_0450

DSC_0399 DSC_0504

DSC_0220 DSC_0090

DSC_0038 DSC_0125